Soufflerie

Soufflerie La soufflerie est placée entre l’arrière du buffet et le mur ouest de l’église, sur la corniche de pierre qui court le long du mur à hauteur des sommiers. Cette position est idéale, car le trajet court et direct de la soufflerie aux sommiers garantit un vent vif et nerveux.

Cette soufflerie est constituée d’un grand réservoir à table horizontale et plis parallèles, alimenté par deux pompes alternatives (petits soufflets cunéiformes) placées en-dessous, et qu’actionne un balancier mu par un seul souffleur.

Il s’agit donc d’une soufflerie « à lanterne », et non pas d’une soufflerie cunéiforme telle qu’on les construisait généralement à l’époque.  Son authenticité ne fait aucun doute, car elle est décrite avec précision dans le devis de 1786.

Elle suffit largement à alimenter les quatorze jeux de l’orgue dans tous les mélanges possibles, sans aucune altération du vent.

De nos jours, un ventilateur électrique (non visible sur l’image) permet de se passer des services d’un souffleur. Mais la soufflerie manuelle est en parfait état de fonctionnement.

Un tremblant « à vent perdu » (non visible sur l’image) se trouve sur le trajet du porte-vent principal.

Publicités